Le Forum du Cheval Sur-naturel !

Dans le respect de tous les chevaux, tous les cavaliers, toutes les équitations, et tous les élevages !
 
AccueilPortailCalendrierGalerieFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Planches annotées et illustrées des PLANTES TOXIQUES.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
zaza

avatar

Féminin
Nombre de messages : 1105
Age : 37
Localisation : st romain de lerps (07)
Date d'inscription : 08/02/2009

MessageSujet: Planches annotées et illustrées des PLANTES TOXIQUES.   Dim 12 Aoû 2012 - 22:08

Je tiens a préciser que ces fiches ne sont pas de moi, j'ai eu l'autorisation par l'auteur de ces fiches : Oskar, de les copier et de les partager avec vous.
J'espère que vous les trouverez toutes aussi interéssantes que moi!!!









!!! MORTEL !!!


!!! ATTENTION CET ARBRE TUE SANS RECOURS POSSIBLE !!! ATTENTION CET ARBRE TUE SANS RECOURS POSSIBLE !!! ATTENTION CET ARBRE TUE SANS RECOURS POSSIBLE !!!








IF. Taxus Baccata .Taxaceaes.







Les feuilles, les fruits et l'écorce de cet arbre sont hautement vénéneux et leur ingestion est très souvent mortelle.

Seule la gangue rouge en forme de clochette (Arille) entourant la graine est dénuée de toxicité.

Des doses de l'ordre de 10 grammes de graines ou de 100 grammes de feuilles suffisent à tuer un cheval de trait lourd et aucun traitement n'est possible, l'écorce est également toxique.

Alcaloïdes :

Cet arbre recèle un principe toxique nommé Taxine, il est composé de plusieurs alcaloïdes dont le Taxol et le Taxotère.

Ces deux dernières molécules sont synthétisées et utilisées en médecine pour traiter certaines tumeurs cancéreuses.

Effet principal :

La Taxine entrainant la mort par arrêt cardiaque et respiratoire dans un délai moyen de 15 minutes, les recours thérapeutiques sont quasiment inexistants.

Symptômes de l'intoxication :

Démarche chancelante, fortes douleurs abdominales, incoordination, effondrement et mort.




© Oskarnika 2012.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
zaza

avatar

Féminin
Nombre de messages : 1105
Age : 37
Localisation : st romain de lerps (07)
Date d'inscription : 08/02/2009

MessageSujet: Re: Planches annotées et illustrées des PLANTES TOXIQUES.   Dim 12 Aoû 2012 - 22:09




LAURIER ROSE. Nerium Oleander. Apocynaceae.





Cet arbuste revêt une allure plutôt inoffensive, il ravit le regard dans les jardins d'agrément, il égaie les parcs et espaces verts..., sous cette apparence quelque peu accorte, il peut se révéler être un véritable poison mortel pour qui en mangera une infime partie.

Pour ma part, j'ai constaté l'intoxication mortelle d'un cheval ayant mangé des rameaux de cet arbuste balancés par-dessus la clôture après élagage, les propriétaires étaient effondrés sous le poids de leur culpabilité.

"Une portion de feuilles vertes équivalant à 0,005 % du poids corporel d'un cheval suffit à tuer celui-ci" (Wilson 1909, Kingsbury 1964).

Des intoxications humaines mortelles ont été relevées aux États-Unis après consommation de viande préalablement placée sur des brochettes taillées dans des branches de Laurier Rose.

La fumée provenant de rameaux de Laurier Rose en combustion serait toxique (Fuller & McClintock 1986).

Parties toxiques :

Toute la plante : feuilles, fleurs, tiges, jeunes pousses.

Composant essentiel :

Oléandrine.

Ce principe actif vénéneux est un glucoside (Hétéroside dérivé du glucose) particulièrement actif, il est accompagné de plus de dix autres composants formant une synergie : Cinq β-Cardenolides, et cinq α-Cardenolides, parmi lesquels : Uzangenine, Oleandrigenine (16-Acetylgitoxigenine), Glucosyloleandrine, Gentiobiosyl Oleandrine, Nerigoside, Digitalose/Diginose, Diginose, Gentiobiose-Diginose qui sont des Digitaliques.

Effet principal :

Les principes nocifs du Laurier Rose opèrent leur toxicité par une action directe sur le nerf vague en produisant un excitation exacerbée du tonus vagal (Vagotonie).

Cette hyperexcitabilité du système parasympathique (dirigé par le nerf vague) donne accès à de graves désordres cardiaques et respiratoires se traduisant par une accélération du pouls artériel (Tachycardie) et une augmentation du rythme respiratoire (Polypnée).

Symptômes de l'intoxication :

Respiration rapide, accélération du rythme cardiaque, dilatation des pupilles, fortes douleurs abdominales, mort par asphyxie.







© Oskarnika 2012
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
zaza

avatar

Féminin
Nombre de messages : 1105
Age : 37
Localisation : st romain de lerps (07)
Date d'inscription : 08/02/2009

MessageSujet: Re: Planches annotées et illustrées des PLANTES TOXIQUES.   Dim 12 Aoû 2012 - 22:10





DATURA. Datura Stramonium. Solanaceae.





Fruit vert immature.







Graines contenues dans l'écorce ouverte d'un fruit mur.




Cette plante revêt un aspect plutôt "suspect", tout en elle émane une odeur vireuse (nauséeuse), aux plus fortes chaleurs de l’Été elle prend une apparence flétrie pour réapparaitre dans toute sa vigueur dès la moindre averse.

Ses lieux de prédilection sont les abords sablonneux des cours d'eau, les endroits incultes, les ruines et certaines prairies mal entretenues.

Elle est appelée également "Stramoine" (du Grec ancien strychnos signifiant "ombre nocturne" et manikos signifiant "fou"), "Herbe aux sorciers endormis", "Herbe de la mort", "Herbe aux fous".

Sa devise latine pourrait être celle-ci : "Noli me tangere" (ne me touche pas !), elle ne "cache pas son jeu" et nous allons voir pourquoi.

Les chevaux ne touchent généralement à cette plante mais il y a lieu de les en éloigner par précaution.

Des intoxications mortelles de chevaux dues à des graines colonisant fortement des céréales ont été signalées encore récemment.

PARTIES TOXIQUES :

Toutes les parties aériennes de la plante sont toxiques :

Feuilles, fleurs, tiges, fruits mûrs, graines.

Une dose moyenne de 10 grammes de graines ou 100 grammes de feuilles peut entrainer la mort d'un cheval adulte.

COMPOSANTS TOXIQUES :

Alcaloïdes Tropaniques : Hyosciamine, Scopolamine, Atropine, Coumarine, Withanolides propres aux Solanées.

EFFET PRINCIPAL :

Neurotoxique puissant par son action anticholinergique* devenant irréversible en fonction de la dose ingérée, ce qui est difficile (sinon impossible) à déterminer chez l'animal.

- * Les anticholinergiques s'opposent à l'action du système nerveux central, du système nerveux végétatif, et du système nerveux périphérique en se fixant sur les récepteurs des cellules nerveuses à la place de l'acétylcholine qui est un neuromédiateur propre aux fonctions nerveuses.

SYMPTÔMES DE L'INTOXICATION :

Anorexie, diarrhées profuses, dilatation des pupilles (Mydriase), pouls rapide (Tachycardie), respiration rapide (Polypnées), soif intense (Polydipsie), défauts de coordination (ataxie).






© Oskarnika 2012.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
zaza

avatar

Féminin
Nombre de messages : 1105
Age : 37
Localisation : st romain de lerps (07)
Date d'inscription : 08/02/2009

MessageSujet: Re: Planches annotées et illustrées des PLANTES TOXIQUES.   Dim 12 Aoû 2012 - 22:10




CIGUË TACHETÉE ou GRANDE CIGUË. Conium Maculatum. Umbelliferae.




Notez la présence de taches sur la tige propres à la Ciguë.






Parties toxiques :

Toute la plante est toxique : Racines, tiges, feuilles, graines.

Cinquante grammes de graines ou cinq cents grammes de feuilles et tige peuvent entrainer la mort.

Alcaloïde :

Alcaloïdes Pipéridiniques dont la Coniine (ou Conicine), très concentrée dans les graine, et la γ-Conicéine, présente dans les feuilles et la tige.

Effet principal
:

Neurotoxique puissant.

En bloquant les récepteurs de la jonction neuromusculaire, ces alcaloïdes provoquent une paralysie ascendante flasque (se propageant des postérieurs au tronc), cette action paralysante est semblable à celle du Curare.

Symptômes de l'intoxication :

Hyperlivation, soif intense, mydriase (dilatation de la pupille), tremblements musculaires suivis de paraplégie,
dyspnée (respiration difficultueuse) puis mort par asphyxie (hypoxie => anoxie) consécutive à la paralysie des muscles respiratoires.

Habitat :

Lieux humides, prés, bois clairs, broussailles, bord des rivières, fossés, bords des chemins, digues, sur sols assez lourds en général.

Fréquence :

Assez commun en France.




© Oskarnika 2012.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
zaza

avatar

Féminin
Nombre de messages : 1105
Age : 37
Localisation : st romain de lerps (07)
Date d'inscription : 08/02/2009

MessageSujet: Re: Planches annotées et illustrées des PLANTES TOXIQUES.   Dim 12 Aoû 2012 - 22:11





GENÊT A BALAIS. Sarothammus Scoparius. Fabaceae.










Cette plante n'est pas, à proprement parler, une plante nocive, car une intoxication sévère nécessiterait une grande quantité de gousses, donc de graines, ingérées.
La prudence s'impose néanmoins à son égard.


PARTIE NOCIVE :

Graines contenues dans les gousses à maturité.

EFFETS PRINCIPAUX :

Le Genêt contient de la Spartéine, cet alcaloïde est employé, en cardiologie (sous forme de sulfate) pour apaiser les crises d'excitabilité cardiaque (Éréthisme) en tonifiant le myocarde par une meilleure conduction électrique dans le Faisceau de Pürkinje (Réseau nerveux Auriculo-Ventriculaire parcourant le myocarde).
De par son rôle vasoconstricteur, cette substance est également utilisée pour favoriser les contractions de l’utérus lors d'accouchements laborieux (effets semblables à l'Ocytocine).
Cette plante contient également une substance nommée Lupanine, de récentes recherches en ont révélé une certaine utilité dans le domaine de la psychiatrie.

Effets toxiques à hautes doses d’absorption de graines de Genêt :

Paralysie de la cage thoracique, troubles neurologiques.

COMPOSANTS PRINCIPAUX:

Spartéine Base (Quinolizidinique).
Lupanine, Hydroxylupanine, Ammodendrine.




______________________

© Oskarnika 2012
Tous droits réservés
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
zaza

avatar

Féminin
Nombre de messages : 1105
Age : 37
Localisation : st romain de lerps (07)
Date d'inscription : 08/02/2009

MessageSujet: Re: Planches annotées et illustrées des PLANTES TOXIQUES.   Dim 12 Aoû 2012 - 22:11




ROBINIER FAUX-ACACIA. Robinia pseudo-acacia. Fabaceae.








Fleurs et gousses de l'année précédente.




Remarquez la présence d'épines acérées à la naissance des branches.



L'ingestion de 20 grammes de l'écorce de cet arbre peut provoquer de graves troubles chez le cheval qui est très sensible à la toxicité de cet arbre.

Les branches comportant des épines, il est rare que le cheval s'attaque aux feuilles des Acacias jusqu'à s'intoxiquer mais les pratiques d'isolement de cet arbre demeurent fortement recommandées.

PARTIE NOCIVE :

Écorces, graines, feuilles.

EFFETS PRINCIPAUX :

Troubles neuro-moteurs induits par les événements suivants : anomalies de la coagulation (phasine), troubles gastro-enteriques (lectine), arythmie cardiaque (Robinine).

COMPOSANTS PRINCIPAUX :

Robine, Robinine, Phasine, Lectine.

SYMPTÔMES DE L'INTOXICATION :

Anorexie, dilatation des pupilles, faiblesse musculaire, extrémités froides, paralysie des postérieurs. Des symptômes de coliques peuvent survenir en concomitance avec les signes précédents.




© Oskarnika 2012. Tous droits réservés.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
zaza

avatar

Féminin
Nombre de messages : 1105
Age : 37
Localisation : st romain de lerps (07)
Date d'inscription : 08/02/2009

MessageSujet: Re: Planches annotées et illustrées des PLANTES TOXIQUES.   Dim 12 Aoû 2012 - 22:12





BOUTON D'OR. Ranunculus Arvensis. Ranunculaceae.






Cette plante peut s'avérer nocive en cas d'ingestion massive et prolongée, néanmoins, son gout âcre et "métallique" dissuade rapidement les chevaux de la consommer.

Dans l’hypothèse d'une ingestion accidentelle et massive, le Bouton d'Or peut provoquer des diarrhées profuses et noirâtres dues à une réaction inflammatoire du tube digestif.

L'inconvénient potentiel de cette plante réside donc dans l'intensité de sa présence dans les prairies, de ce fait elle prend la place des herbes utiles à la nutrition des chevaux et rend les prés quasiment improductifs par une colonisation massive de celle-ci.

EFFET PRINCIPAL :

Composants gastroentéro-vulnérants pouvant générer des diarrhées chroniques par irritation et inflammation de l'estomac et des intestins.

COMPOSANTS :

Anemonine, Protoranunculine, Ranunculoside libérant de la Protoanémonine par l'action de l'eau contenue dans le bol digestif (hydrolyse).




© Oskarnika 2012. Tous droits réservés.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
zaza

avatar

Féminin
Nombre de messages : 1105
Age : 37
Localisation : st romain de lerps (07)
Date d'inscription : 08/02/2009

MessageSujet: Re: Planches annotées et illustrées des PLANTES TOXIQUES.   Dim 12 Aoû 2012 - 22:12




MILLEPERTUIS. Hypericum Perforatum. Clusiaceae Hypericaceae.




Le Millepertuis doit son appellation aux nombreux petits trous qui parsèment la surface de ses feuilles, il est aisé de le vérifier lorsqu'on en observe une feuille par transparence.

- NOCIVITÉ :

Ingérée exagérément, cette plante n'est pas sans risques car elle amplifie les effets néfastes du soleil chez les chevaux présentant des zones glabres, dépigmentées ou à peau sensible.

- PÉRENNITÉ DE LA NOCIVITÉ A L’ÉTAT SEC :

Il perdure bien des contradictions sur ce sujet..., pour certains auteurs, cette plante perdrait environ 80 % de ses effets nocifs après dessiccation, pour d'autres, elle les conserverait.

Dans le doute, il est préférable de se méfier d'un foin fortement colonisé par du Millepertuis afin d'en éviter les désagréments potentiels chez les chevaux à risques.

- PARTIES CONCERNÉES :

Feuilles et Fleurs.

- EFFET PRINCIPAL :

Photosensibilisant notoire sur les zones dépigmentées (face, balzanes).

Ingérée à fortes doses, cette plante peut, dans de rares cas toutefois, également provoquer des symptômes convulsifs.

- MODE D'ACTION PHOTOSENSIBILISANTE :

L'Hypéricine, responsables des effets néfastes du soleil, est une substance naturelle issue de la Naphtodianthrone présente dans la plante.

Par le biais de l'irrigation épidermique, elle absorbe les rayonnements (IR et UV) du soleil et libère des radicaux libres très réactifs exposant la peau dépigmentée à des brulures cutanées pouvant se révéler graves et longues à soigner.

- COMPOSANTS PRINCIPAUX :

Hyperforine (Pigment rouge du groupe des Anthrones, dont Naphtodianthrone, Hypéricine, Pseudohypéricine, Phloroglucinol, Xanthones.
Flavonoides (4 à 5 %). Tanins catéchiques (10 à 12 %).
Carbures Sesquiterpéniques (0,10 à 0,50 %), Pinène.
Acides Phénols, Acides Caféique et Chlorogénique).




© Oskarnika 2012. Tous droits réservés.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
zaza

avatar

Féminin
Nombre de messages : 1105
Age : 37
Localisation : st romain de lerps (07)
Date d'inscription : 08/02/2009

MessageSujet: Re: Planches annotées et illustrées des PLANTES TOXIQUES.   Dim 12 Aoû 2012 - 22:14




La présence de ce pictogramme indique une plante qui, à l'instar des Rumex, sans ètre d'une haute toxicité, peuvent s'avérer indésirables par les méfaits qu'elle cause tant sur les animaux que sur les prairies qu'elle peut envahir.



LES RUMEX. Rumex Spp. Polygonaceae.






La "Patience". Rumex Optusifolius. est l'espèce la plus répandue dans les prairies.
La présence de ce pictogramme indique une plante qui, à l'instar des Rumex, sans ètre d'une haute toxicité, peuvent s'avérer indésirables par les méfaits qu'elle cause tant sur les animaux que sur les prairies qu'elle peut envahir.

Les Rumex recèlent un potentiel germinatif leur conférant un caractère très envahissant pour les prairies et ceci au détriment des herbes utiles et nécessaires à l'alimentation des animaux.
Leur germination n'est pas enrayée par le passage dans le tube digestif, ainsi les animaux en propagent les graines contenues dans leurs déjections dans toute la prairie, voire dans d'autres en cas de changement de pré, favorisent la propagation déjà induite par "grainage" naturel de la plante elle-même.

Possédant une caractéristique nitrophile non négligeable, les Rumex ont tendance à accaparer pour leur profit les matières azotées indispensables à l'évolution des autres végétaux utiles à l'alimentation des animaux.

En cas d'absorption massive, les Rumex, peuvent provoquer de fâcheux (voire graves) désordres si on n'y prend garde.




____________________________________________
PARTIES CONCERNÉES :

Plante entière.

EFFETS PRINCIPAUX :

L'acide Oxalique se combine au Calcium du sang en provoquant une carence calcique (hypocalcémie).

La combinaison de l'acide oxalique et du calcium donne naissance à des oxalates de Calcium qui peuvent se concrétiser en calculs rénaux (lithiase oxalique), ceux-ci peuvent provoquer des désordres rénaux importants (urémie par exemple).

COMPOSANTS PRINCIPAUX :

Acide Oxalique, dérivés Anthracéniques (Anthraquinones, 2,5 p.cent), Fer organique, Tanins (3 à 6 p.cent), Flavonoïdes, Silice.




© Oskarnika 2012. Tous droits réservés.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
zaza

avatar

Féminin
Nombre de messages : 1105
Age : 37
Localisation : st romain de lerps (07)
Date d'inscription : 08/02/2009

MessageSujet: Re: Planches annotées et illustrées des PLANTES TOXIQUES.   Dim 12 Aoû 2012 - 22:15








SÈNEÇON DE JACOB. Senecio Jacobea. Asteraceae.







Toute la plante est considérée comme nocive surtout en début de végétation et lors de sècheresse.

Le Séneçon de Jacob reste toxique lorsqu'il est séché et peut coloniser les fourrages entreposés.

Une absorption de 300 grammes de Séneçon Jacobée par jour durant 50 jours peut entrainer de très graves dégradations du foie et des reins.

EFFETS PRINCIPAUX :

Hépatotoxique, Néphrotoxique et Neurotoxique par accumulation prolongée dans le temps de la molécule nocive dans l'organisme.

Les symptômes dégénératifs hépatiques peuvent survenir dans les deux à trois mois qui suivent l'absorption de cette plante et les dégâts peuvent se révéler irréversibles en fonction de l'évolution pathologique si des précautions ne sont pas prises.

Pour plus de sécurité, il est conseillé de faire pratiquer une exploration hépato-rénale si les chevaux ont ingéré cette plante.

TOXICOLOGIE SUCCINCTE :

Les Pyrrolizidines toxiques contenues dans la plante sont métabolisées par le foie qui effectue une détoxification; les métabolites secondaires (qui demeurent en partie toxiques) issus de cette opération de désintoxication hépatique sont "relargués" dans la circulation générale et reviennent au foie qui métabolise péniblement à nouveau jusqu'à saturation (décompensation) des cellules hépatiques au fil du temps et de l'ingestion accumulée de la plante.

Ainsi, les métabolites toxiques produits par ces alcaloïdes dans le foie peuvent provoquer une cirrhose hépatique hypertrophique accompagnée d'une dégénérescence rénale irréversibles.

SYMPTÔMES :

Ces signes cliniques sont mentionnés à titre indicatif et ne peuvent ètre considérés comme déterminants en l'absence d'un examen clinique effectué par un praticien.

Dépression avec fatigue allant "crescendo", anorexie, amaigrissement, douleurs abdominales (coliques récurrentes), coloration jaune des téguments (Ictère), comportement paradoxal allant de l'apathie à des manifestations violentes (Hépato-Encéphalopathie).

COMPOSANTS NOCIFS PRINCIPAUX :

Alcaloïdes complexes comportant un noyau Pyrrolydizinique :

Rétrorcine, Rétronécine, Jacobine, Eruciflorine, Sénéciphylline, Sénécionine.

HABITAT :

Lisières de bois, sols caillouteux, chemins, prairies, jusqu'à 1 500 m d'altitude.

FLORAISON :

Juillet-Août.

FRÉQUENCE :

Commun dans le quart Nord Est, le Séneçon de Jacob est néanmoins répandu sporadiquement sur le territoire Français.



© Oskarnika 2012. Tous droits réservés
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
zaza

avatar

Féminin
Nombre de messages : 1105
Age : 37
Localisation : st romain de lerps (07)
Date d'inscription : 08/02/2009

MessageSujet: Re: Planches annotées et illustrées des PLANTES TOXIQUES.   Dim 12 Aoû 2012 - 22:15




ARISTOLOCHE. Aristolochia Clematitis. Aristolochiaceae.



Cette plante n'est pas consommée volontiers par les chevaux du fait de son odeur vireuse, des intoxications peuvent néanmoins survenir après l'ingestion de fourrages fortement colonisés par celle-ci.

La nocivité de cette plante réside donc dans la quantité importante ingérée à l'état sec dans les fourrages, il y a donc lieu de s'en méfier.

EFFET PRINCIPAL :

Neurotoxique, provoque, entre autre, des spasmes du diaphragme.

ORGANE CIBLE :

Système nerveux central et autonome.

COMPOSANT NOCIF :

Acide Aristolochique (substance amère à noyau tri-terpénique).

HABITAT :

Le long des haies, des chemins, parfois dans les pâtures.

FRÉQUENCE :

Commun sur le territoire.





© Oskarnika 2012. Tous droits réservés
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
zaza

avatar

Féminin
Nombre de messages : 1105
Age : 37
Localisation : st romain de lerps (07)
Date d'inscription : 08/02/2009

MessageSujet: Re: Planches annotées et illustrées des PLANTES TOXIQUES.   Dim 12 Aoû 2012 - 22:15





OENANTHE SAFRANEE. Oenanthus Crocata. Apiaceae.





La plante mesure de 70 centimètres à 1.5 mètre.





Notez la forme caractéristique des ombelles.





La tige est fortement côtelée.





Notez la couleur rouge violacée de la tige jusqu'à mi-hauteur environ.





Les feuilles sont vert sombre, bien découpées, glabres et brillantes.





La base des tiges est de couleur rougeâtre.





La surface coupée de la racine vire rapidement au jaune safran, d'où le nom éponyme de la plante, (ne se voit pas sur le cliché).

Cette plante fait partie de la famille nombreuse et complexe des Ombellifères, il est cependant facile de la reconnaitre car elle mesure de 1 à 1,5 mètre de hauteur, la couleur des feuillages est d'un vert sombre, les inflorescences caractéristiques, la tige éminemment côtelée, elle dégage une forte odeur de Céleri et possède de gros tubercules; elle est nommée également "Navet du Diable".


La présence dans les racines d' Oenanthotoxine leur conférant une Neuro-toxicité notoire, il est important de les placer hors de portée des chevaux lors de l'arrachage de cette plante quand on nettoie les abords des fossés attenants aux prairies.


PARTIE TOXIQUE :

Racines.

ORGANE CIBLE :

Système nerveux et Tube digestif.

EFFETS PRINCIPAUX :

On distingue trois types d'évolution :

- Forme subaiguë :

Troubles locomoteurs et digestifs (diarrhée) d'intensité modérée.

- Forme aiguë :

Crises de 30 secondes se succédant toutes les 5 minutes environ : excitation voire agressivité chez le cheval, spasmes, mâchonnement, convulsions violentes et mort.

- Forme suraiguë :

Les animaux vacillent, tombent et meurent en quelques minutes.

On observe parfois des signes de gastro-entérite, spasmes coliques, ptyalisme (hypersalivation) associés à de la dyspnée inspiratoire (difficultés à inspirer), une mydriase (pupilles dilatées) et un pouls faible et rapide.

PRINCIPAUX COMPOSANTS :

Alcools Acétyléniques :

Œnanthotoxine, Dihydro-œnanthotoxine, Œnanthétol et Œnanthétone.

HABITAT :

Fossés et prés humides et acides ou en lisière de forêt.

FRÉQUENCE :

On la rencontre surtout dans l’ouest de la France, sporadique par ailleurs.

FLORAISON :

Juin - Juillet



© Oskarnika 2012. Tous droits réservés
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
zaza

avatar

Féminin
Nombre de messages : 1105
Age : 37
Localisation : st romain de lerps (07)
Date d'inscription : 08/02/2009

MessageSujet: Re: Planches annotées et illustrées des PLANTES TOXIQUES.   Sam 1 Sep 2012 - 16:18




PRÈLES. Eqisetum spp. Equisetaceae.






Malgré son peu d'attirance à l'égard du cheval à l'état frais, cette plante est autant que possible à éviter tant dans les pâturages que dans les fourrages.

En général le cheval rejette systématiquement la Prèle lorsqu'il mange et trie son fourrage (paille ou foin), cependant il est prudent de rester vigilant face à un envahissement de ces denrées par cette plante.

Un fourrage colonisé à plus de 20 % par de la Prèle et consommé durant 2 à 5 semaines peut ètre à l'origine de graves désordres métaboliques, neuronaux, cardiaques dus à une carence en vitamines du groupe B (B1 en l'occurrence).

COMPOSANT ESSENTIEL :

Thiaminases.

MODE D'ACTION DES THIAMINASES :

La Thiaminase est une enzyme qui dégrade et inactive la Thiamine, une vitamine du groupe B.

Dans les organismes animaux, la Thiamine intervient dans les réactions de décarboxylation (Élimination de CO2 des molécules).

Une déficience en Thiamine entraîne un excès de Pyruvate (Facteur de Décarboxylation) dans le sang, ce qui a pour effet d'entraver le métabolisme énergétique et de créer un manque d' ATP (Adénosine Triphosphate : facteur d'énergie cellulaire) dans les cellules.

EFFET PRINCIPAL :

Troubles graves du métabolisme cellulaire induisant des déficiences multiples.


© Oskarnika 2012. Tous droits réservés
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
zaza

avatar

Féminin
Nombre de messages : 1105
Age : 37
Localisation : st romain de lerps (07)
Date d'inscription : 08/02/2009

MessageSujet: Re: Planches annotées et illustrées des PLANTES TOXIQUES.   Lun 24 Sep 2012 - 12:12





ARUM TACHETÉ. Arum Maculatum. Araceae.






Au printemps, les jeunes pousses sont le plus souvent la cause d'intoxications.












De par son aspect singulier et son odeur vireuse, cette plante suscite une certaine répulsion et invite à la méfiance.

Croissant à la lisière et à l'intérieur des bois et forets de feuillus, les Arums ont déjà causé des intoxications aux conséquences fâcheuses, et parfois mortelles, sur les animaux (bovins majoritaires) parqués en bordure des bois.

Malgré leur odorat subtil et leur méfiance innée, les chevaux peuvent ètre attirés par cette plante au printemps lorsque l'herbe, en début de croissance n'est pas suffisante pour satisfaire leur appétit.

PARTIES TOXIQUES :

Parties aériennes et rhizome.

CIRCONSTANCES D'INTOXICATION :

Principalement lorsque les prés sont situés en lisière de bois et en situation de besoin alimentaire.

Les doses nocives n'étant pas connues, il est à souligner qu'une intoxication requiert une quantité importante de cette plante, ce qui en limite l'éventualité mais ne l'exclut pas, la prudence demeure donc de rigueur.

COMPOSANTS TOXIQUES :

Conicine : alcaloïde présent également dans la ciguë.
Triglochinine : hétéroside cyanogénétique présent dans la plupart des feuilles des plantes de la même famille (Aracées).
Lectine : présente dans la racine.
Saponosides, Aroïne, Aronine, Aronidines.
Oxalate de calcium,

PROCESSUS TOXIQUE :

La nocivité potentielle des Arums semble ètre principalement due aux effets neurotoxiques de la Conicine; la présence de Lectine, Saponosides et Oxalate de Calcium n'en demeure pas moins la cause des dégradations du tube digestif que l’absorption de ce végétal entraine.

SYMPTÔMES DE L'INTOXICATION :

Purgation violente, diarrhées, salivation abondante (ptyalisme), œdème et brulures de la langue (glossite), coliques, faiblesse musculaire,
ataxie, convulsions, tremblements.




© Oskarnika 2012. Tous droits réservés
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
zaza

avatar

Féminin
Nombre de messages : 1105
Age : 37
Localisation : st romain de lerps (07)
Date d'inscription : 08/02/2009

MessageSujet: Re: Planches annotées et illustrées des PLANTES TOXIQUES.   Sam 13 Oct 2012 - 22:41




FOUGÈRE AIGLE ou GRANDE FOUGÈRE. Pteridium Aquilinim. Hypolepidaceae.




Les jeunes pousses ("crosses") contiennent
une grande quantité d'agents nocifs.



Cette majestueuse plante est survenue à l'époque antédiluvienne, elle est une des plus anciennes connues de toute la flore.

Sa complexité, tant dans sa structure que dans sa composition en font une espèce hors du commun.

Bien que ses principales victimes d'intoxications avérées soient les ruminants, il est utile de connaitre les méfaits potentiels de la Grande Fougère à l'égard des chevaux.

Dans la théorie, pour être gravement intoxiqué par accumulation nocive à hautes doses soutenues, un cheval devrait en ingérer plus de 2 kg par jour durant un mois.

Une possibilité accidentelle aussi peu probable pourrait susciter un certain scepticisme quant à la nocivité potentielle de la Grande Fougère, il n'en reste pas moins que des chevaux ont déjà été gravement atteints au Canada, aux États-Unis et en Europe sans que la quantité de Fougère ingérée ait pu être considérée avec exactitude.

Il est à noter également qu'autrefois, lors de périodes de pénurie en paille, les agriculteurs faisaient la litière avec cette plante (qui ne pourrissait pas) : des bovins et des chevaux se sont intoxiqués par absorption régulière et à long terme des frondes (feuilles) et des tiges (Canada, Pologne, France, Russie).

EFFETS PRINCIPAUX :

- Effets cancérogènes :

Ptéridisme, également nommée "hématurie chronique", désignant la présence anormale de sang dans les urines; cette hématurie est due à des tumeurs (carcinomes) siégeant au niveau du revêtement épithélial des urètres, de l’uretère et de la vessie.

Ces tumeurs sont dues à l'action d'un composé mutagène issu des Ptaquilosides contenus dans cette plante, nommé Aquilide A, qui sous l'action du milieu alcalin du tube digestif, donne lieu à la formation de Ptérosine B, une substance puissamment carcinogène.

On a donc établi, en 1982, que la Ptérosine B était l'une des causes des cancers observés après ingestion de Fougère Aigle, et que le Ptaquiloside contribuait aux symptômes d'intoxication cancéreuses chez les herbivores.

- Effets toxiques métaboliques :

La Fougère Aigle contient également de la Thiaminase, une enzyme détruisant la vitamine B1 (effet thiaminolytique) qui est un neuro-médiateur important dans la transformation des glucides en énergie musculaire.

Cette action thiamilolytique aboutit à une fatigue musculaire intense et à un dérèglement du rythme cardiaque, pathologie métabolique connue sous le nom de "Béri-Béri" chez l'homme.

A l'instar de l'homme, les non-ruminants ne synthétisant pas eux-mêmes la Vitamine B1 qu'ils trouvent dans l'alimentation sont particulièrement exposés aux effets B1-destructeurs de cette plante.

HABITAT : 

Orée des bois, clairières, futées clairsemées.

FRÉQUENCE :

Commune en Europe.




© Oskarnika 2012. Tous droits réservés
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
zaza

avatar

Féminin
Nombre de messages : 1105
Age : 37
Localisation : st romain de lerps (07)
Date d'inscription : 08/02/2009

MessageSujet: Re: Planches annotées et illustrées des PLANTES TOXIQUES.   Sam 24 Nov 2012 - 0:45





HIÈBLE. Sambucus Ebulus. Caprifoliaceae.












Cet arbrisseau peut être confondu avec le sureau, la différence visuelle réside dans le fait que ses fruits sont tournés vers le haut alors que le Sureau possède des grappes pendantes.

Les feuilles sont également différentes : allongées pour l'Hièble, plus arrondies pour le sureau.

Toute la plante est toxique car elle contient en outre des Cyanates, sa chimie qualitative est cependant mal connue.

Cette plante n'est pas mangée volontiers par les chevaux car l'odeur les en dissuade, elle est néanmoins à éviter par précaution.

COMPOSANTS PRINCIPAUX :

Cyanates, cyanure d'hydrogène, stérols, iridoïdes.

EFFETS PRINCIPAUX :

Provoque des troubles des systèmes :

Digestif : diarrhées noirâtres, douleurs abdominales.

Nerveux : état ébrieux, tremblements cloniques (contractions musculaires irrépressibles).

Cardio-vasculaire : hypotension, baisse du rythme cardiaque (bradycardie).

Respiratoire : accélération du rythme respiratoire et réduction du volume d'air (polypnée).

HABITAT :

Pieds des murs ou aux bords des routes, jusqu'à une altitude de 1600 mètres.

FRÉQUENCE :

Sporadique en France

FLORAISON :

Juillet-Aout.




© Oskarnika 2012. Tous droits réservés
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
zaza

avatar

Féminin
Nombre de messages : 1105
Age : 37
Localisation : st romain de lerps (07)
Date d'inscription : 08/02/2009

MessageSujet: Re: Planches annotées et illustrées des PLANTES TOXIQUES.   Sam 24 Nov 2012 - 0:49






PHYTOLAQUE D'AMERIQUE. Phytolacca Decandra. Phytolaccaceae.










PARTIES TOXIQUES :

Du fait de sa concentration en Lectine (glycoprotéine toxique) la plante entière est très toxique pour les animaux.

Les dose toxiques de cette plante étant mal connues, il est prudent de l'écarter de l'écologie des chevaux.

PARTICULARITÉ :

Le Phytolaque possède la particularité d’être invasive et exclusive, elle empêche les autres végétaux de croitre à son entour et devient rapidement envahissante.

Certaines communes ont élaboré des programmes de destruction de cette plante avec l'aide des Écoles Vétérinaires (Fontainebleau, par exemple) et suivent de très près son évolution.

EFFET PRINCIPAL :

Neurotoxique et entérotoxique puissant.

SYMPTÔMES :

Hypersalivation (ptyalisme, sialorrhée), convulsions (spasmes cloniques de tous les muscles), diarrhée sanglantes, brûlures du tractus digestif, spasmes du diaphragme, modification leucocytaire de la formule sanguine, embolie, asphyxie, hypothermie des extrémités.

COMPOSANTS ESSENTIELS :

Phytolaccatoxine, Phytolaccigénine, Phytolaccine, Acide Phytolaccique, Acide Phytolaccagénique, Acide Formique, Acide Jaligonique, Lectine (Glycoprotéine hémagglutinante), Saponine, Saponosides, Béta-Cyanines.

HABITAT :

Prairies à proximité de terrains incultes ou de lisière des bois.

FRÉQUENCE :

Sporadique.


© Oskarnika 2012. Tous droits réservés
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
zaza

avatar

Féminin
Nombre de messages : 1105
Age : 37
Localisation : st romain de lerps (07)
Date d'inscription : 08/02/2009

MessageSujet: Re: Planches annotées et illustrées des PLANTES TOXIQUES.   Ven 7 Déc 2012 - 16:27





CHÊNE PÉDONCULÉ. Quercus Robur. Fagaceae.






Cliché : Artrosengarten.Wordpress
Le Chêne Pédonculé, appelé également "Chêne Blanc", est le plus connu et le plus répandu sur le territoire; sa toxicité est essentiellement due à la présence de tannins différemment répartis dans la structure végétative de l'arbre : glands essentiellement et jeunes feuilles à une moindre concentration.

PARTIES TOXIQUES :

Les glands à l'état vert et leur cupule recèlent la plus forte concentration en tannins, les jeunes feuilles et l'écorce en contiennent également mais dans une moindre mesure.

TOXICITÉ :

Cette particularité affecte majoritairement les jeunes Chênes, plus l'arbre vieillit et plus la concentration en tannins s'amoindrit sensiblement.

L'état de dessiccation des glands joue aussi un rôle important, leur potentielle nocivité régresse en fonction de leur murissement, ainsi un gland sec sera moins concentré en tannins qu'à l'état vert.

De telle singularités s'expliquent par les systèmes de défense naturelle adoptés par les végétaux afin d'assurer la pérennité dans le temps de leur espèce propre.

Ainsi, lorsque le jeune Chêne est en croissance, il est particulièrement vulnérable à l'abroutement de par sa petite taille et se défend en générant du tannin en plus grande quantité que lorsqu'il est adulte; il en est de même pour son fruit.

DOSE TOXIQUE :

La dose toxique n'est pas connue avec exactitude, néanmoins une quantité moyenne de un kilo de glands verts par jour, durant quinze jours, peut provoquer un blocage du transit intestinal menant à une auto-intoxication par défaut d'évacuation naturelle des toxines ingérées.

Les glands à l'état sec contenant une quantité notable de glucides et de protéines peuvent provoquer des fourbures en cas d'absorption de deux kilos par jour.

EFFETS PRINCIPAUX :

Le pouvoir astringent du Tanin peut modifier considérablement les fonctions digestives en opérant une coagulation des protéines (particulièrement l’albumine), entrainant un "tannage" de la muqueuse digestive qui inhibe les contractions intestinales physiologiques permettant l'acheminement du bol alimentaire (péristaltisme); à cette action astringente vient s'ajouter une diminution importante des sécrétions enzymatiques.

A ceci s'ajoutent les effets néfastes de la dégradation du tanin par l'eau contenue dans le tube digestif (hydrolyse), les
métabolites issus de cette transformation (acide tannique, acide pyrogallique, dérivés phénolés) peuvent produire des nécroses intestinales et des lésions hépato-rénales par hémolysation des globules rouges contenus dans la circulation sanguine propre à ces organes.

COMPOSANTS PRINCIPAUX :

Acide gallique, Acide pyrogallique, Acide tannique, Pyrogallol.

Tannins galliques : Casuarictine, Castalagine, Vescalagine, Grandinine, Roburine.




Oskarnika 2012. Tous droits réservés
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Planches annotées et illustrées des PLANTES TOXIQUES.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Planches annotées et illustrées des PLANTES TOXIQUES.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Plantes toxiques
» Post-it "Plantes toxiques..." >>> question
» Liste des plantes toxiques pour le chat
» liste des plantes toxiques
» plantes toxiques pour les reptiles

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Forum du Cheval Sur-naturel ! :: Les chevaux sur-naturel :: Soins et Trucs de grand-Mère-
Sauter vers: